lundi 22 mai 2017

Trésors cachés de la Mauricie



Vous savez sûrement déjà que j’habite la région de Lanaudière, au Québec mais à la limite Est de la Mauricie. Il m’arrive donc fréquemment d’aller y faire un tour. Cette partie de la région, traversée par la rivière Maskinongé, comprend deux sites touristiques vraiment intéressants et parfaits pour les familles voulant sortir des sentiers battus mais pourtant méconnus des touristes. Peut-être parce qu’ils sont situés un peu à l’écart des pôles touristiques traditionnels de la Mauricie et au sein de deux petits villages retirés. Je vous les présente ici en espérant que vous serez tentés de les visiter!




Lorsque j’étais enfant, mes grands-parents nous y amenaient chaque été en pique-nique. Ce parc fait donc partie de mes souvenirs d’enfance mais il a bien changé depuis! Complètement réaménagé ces dernières années, il s’est donné pour mission de promouvoir la conservation et l’interprétation de la faune et de la flore mauricienne. 




Hautes de 70 mètres, les chutes en sont le principal point d’intérêt et vous pouvez les admirer à tous leurs niveaux. Lorsque j’y suis passée dernièrement, le débit d’eau du printemps était très fort et le spectacle était carrément impressionnant! En sillonnant les sentiers pédestres de l’endroit, vous pouvez suivre le cours de la rivière ou découvrir la forêt environnante, ses milieux humides et la variété d’espèces animales ou végétales qu’on y retrouve.




Une tour d’observation permet d’admirer la superbe vue sur l’imposante chute principale. Le pont suspendu (qui plaira aux enfants!) rallie les deux rives de la rivière. À la fin du parcours, d’agréables petites plages sont propices à un moment de détente bien mérité! Un peu partout le long de cette balade, vous trouverez des aires de pique-nique. Et vos amis canins tenus en laisse sont toujours les bienvenus.




Je ne pouvais pas passer à côté: je vous présente mon vieux Buddy pour la première fois sur ce blogue!

À l’entrée du parc, se trouve une aire de jeux pour les enfants. Cinq chalets locatifs sont aussi mis à votre disposition si vous désirez prolonger votre séjour puisqu’en plus, certains dimanches d’été, des artistes de la région y donnent des performances musicales. Tout pour conjuguer splendeurs de la nature et agréable moment en bonne compagnie!





Saviez-vous qu’il existe un zoo en Mauricie? Un vrai de vrai zoo en plus! Dans la municipalité voisine de Saint-Édouard, en poursuivant simplement vers l’Ouest sur la route 348, vous le découvrirez facilement en apercevant les daims broutant aux abords de la route. Moins achalandé que les zoos plus connus du Québec (Granby ou St-Félicien, entre autres), il n’en est pas moins intéressant, au contraire! En effet, il comprend près de 100 espèces différentes. 





Inauguré en 1989, le zoo a pris beaucoup d’expansion depuis ses débuts sur son grand terrain semi-boisé. Vous pourrez nourrir plusieurs animaux et les enfants voudront sans aucun doute caresser les petites espèces domestiques que l’on retrouve à la mini-ferme de l’Oncle Pierre. C’est vraiment mignon de voir leurs grands yeux ébahis à l’approche d’une petite chèvre ou d’un impressionnant bison! Quatre kilomètres de sentiers pédestres et de nombreuses volières vous attendent pour admirer de près toutes ces créatures.






Des aires de jeux et de pique-nique y sont aussi présentes. Les jeux d’eau et les manèges attireront sans contredit les tout-petits. La promenade en mini-train saura enchanter toute la famille. Chaque année, de nouvelles espèces sont ajoutées au parcours. Adjacent au parc, se trouve un camping familial pour vous accueillir. Le site est vraiment aménagé de façon à ce que votre visite soit des plus agréables.





Si, au cours de l’été, vous êtes de passage dans la région de la Mauricie, n’hésitez donc pas à bifurquer du côté de ces villages situés juste au Nord de Louiseville. Ces deux sites gagnent à être mieux connus. Et vous me donnerez des nouvelles du plaisir qu’auront eu les vôtres à les découvrir!

mardi 9 mai 2017

Grenade l'envoûtante

L'Alhambra de Grenade: joyau du patrimoine mondial de l'humanité

Plus tôt cette année, je vous ai fait connaître à ma façon la vivante Malaga et la trop belle Nerja. Aujourd’hui, je vous amène visiter une autre magnifique ville d’Andalousie, Grenade et tout son patrimoine que j’ai pu découvrir en peu de temps. En effet, je n’avais qu’une seule journée à consacrer à Grenade. Toutefois, j’ai visité plusieurs endroits très intéressants mais sans avoir à courir une seule seconde! Même si l’horaire semble chargé, croyez-moi, j’ai quand même pu prendre le temps de manger, boire et relaxer sur les terrasses de la ville. Ça se fait!



Ville d’Espagne habitée depuis des millénaires, Grenade a pris son envol suite à la conquête musulmane de 711 et obtenu ses lettres de noblesse dès 1238 suite à la fondation de la dynastie arabe des Nasrides. L’influence des grands royaumes qui s’y sont succédés est encore bien visible partout. Située au pied de la Sierra Nevada, on y vient surtout pour admirer l’Alhambra, ce superbe palais érigé dans la plus pure tradition arabe et classé au patrimoine mondial de l’humanité. Et puisqu’il s’agit d’un des monuments espagnols attirant le plus de touristes chaque année, sachez que le nombre de visiteurs quotidiens y est limité et qu’il faut préalablement réserver sa place juste ici :








Outre la visite des principaux bâtiments : le Palais Nasride, l’Alcazaba et le General Life, j’ai surtout profité des somptueux jardins qui entourent les lieux.  Alimentés par un ingénieux système d’irrigation datant de cette époque, les jardins valent à eux seuls la visite. Ceux situés à l’extérieur de la zone payante de l’Alhambra sont plus calmes et moins bondés de touristes. J’ai eu droit à une très agréable balade parmi les fontaines et les canaux.





Et lorsque je suis redescendue de cette colline qui surplombe Grenade, j’ai fait quelques pauses pour profiter des imposantes constructions à l’écart des bâtiments officiels et de certains points de vue sur la ville!






J’ai pris le pouls de cette ville en déambulant dans ses rues. Tout le long de la rivière du Darro, on y fait d’intéressantes découvertes architecturales qui démontrent à merveille la grandeur de la Grenade musulmane que ce soit en matière d’ingénierie, militaire ou religieuse.



Puerta de Los Tableros: construction essentiellement militaire mais ayant aussi servie à l'alimentation en eau de l'Alhambra

Iglesia de Santa Ana: 16e siècle

Mais Grenade est aussi bien ancrée dans la modernité. Partout, la jeunesse est bien présente. Sur les terrasses, on s’y retrouve entre amis. Dans ses rues, on sent toute l’effervescence de ses artistes. Sur les grandes places, les familles profitent d’un moment au soleil.





Sur mon chemin, je suis tombée sur le bain du Nogal (Baños del Nogal), le plus vieil édifice public de la ville (11e siècle) et l’un des 21 anciens bains arabes qu’on y retrouve mais surtout, l’un des mieux conservés. On y traverse les différentes salles thermales où la température augmentait d’une pièce à l’autre. On imagine aisément la sensation de bien-être et de calme qu’on venait chercher entre ces murs.




Je suis également entrée au cœur de l’Albaicin, le plus vieux quartier de la ville où on peut se perdre indéfiniment dans le dédale de ses étroites ruelles. Construit sur l’une des collines de Grenade, il fut l’endroit où se sont réfugiés les musulmans mais aussi, à travers les époques, plusieurs communautés culturelles. Presque entièrement piéton, le quartier comprend de nombreuses rues marchandes. L’atmosphère qui se dégage de l’Albaicin est difficile à décrire. À certains endroits, on se croirait dans un souk marocain alors qu’à d’autres, on ressent le respect qu’impose les siècles d’Histoire derrière ces vieilles pierres. Un peu mystérieux, à la fois romantique et indolent mais toujours très vivant, le quartier est définitivement un passage obligé où on se perd avec bonheur!






J’ai complété cette magnifique journée, en visitant l’imposante cathédrale de l’Incarnation. Enserrée dans un écrin architectural exceptionnel, elle fut construite suite à la reconquête de Grenade par les Rois Catholiques en 1492 sur le site de l’ancienne grande mosquée nasride. Jouxtant la cathédrale, la Capilla Real (Chapelle Royale) renferme les sépultures de rois catholiques d’Espagne dont celles de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille. La beauté gothique des lieux est digne de mention. L’historienne en moi fut réellement comblée de se retrouver en ces lieux!

Cathédrale de l'Incarnation

Chapelle Royale

Je termine ce billet, en vous proposant une découverte personnelle qui m’a complètement séduite. La petite boutique ‘’Medievo’’, située juste en face de la cathédrale, qui offrent épices, thés, herbes et huiles que vous pourrez ramener à la maison et qui seront assurément des cadeaux appréciés de tous.


En définitive, en plus d’être fort agréable, accueillante et intéressante, Grenade est définitivement mystique et envoûtante. Ce sont les sentiments qu’elle m’a inspirée. Je suis tombée sous son charme.